L’énergie solaire, une alliée pour le Ministre Nicolas Hulot

Avant de tirer sa révérence et de laisser sa place à Nicolas Hulot, la ministre de l’énergie Ségolène Royal a tenu promesse.

Le nouvel arrêté tarifaire du 9 mai 2017 fixant les conditions tarifaires en métropole continentale a été publié le 10 mai au Journal Officiel pour entrer en vigueur le 11 mai. Il vise a facilité l’installation de panneaux solaires par les Français pour leur propre consommation.

Par ailleurs, cet arrêté tarifaire crée une prime à l’investissement et un tarif d’achat pour les systèmes photovoltaïques en autoconsommation avec vente du surplus d’électricité.

Cet arrêté était très attendu dans le cadre des installations en autoconsommations, entre primes au kWc installé et tarif de la vente de surplus. La prime à l’autoconsommation apparaît ainsi comme dégressive. Elle s’élève à 400 € le kWc en dessous de 3 kWc puis 300 € en dessous de 9 kWc, 200 € en dessous de 36 kWc et 100 € en dessous de 100 kWc. Au dessus de 100 kWc, plus de prime. Pour le tarif de vente de surplus, il atteint 10 centimes d’€ jusqu’à 9 kWc puis 6 centimes d’€ entre 9 et 100 kWc. Un compromis donc entre primes d’installation et tarifs en vente de surplus qui paraît assez équilibré.

L’autre réforme importante apportée par ce texte, est l’introduction de l’éco-conditionnalité, afin que le client puisse bénéficier du tarif d’achat et de la prime à l’investissement le cas échéant. Cette exigence déjà valable pour le bénéfice du crédit d’impôt pour les équipements de chaleur renouvelable, va permettre de lutter efficacement contre les éco-délinquants.

Le nouvel arrêté tarifaire pour l’électricité solaire répond aux attentes de la filière. Il va permettre de favoriser l’autoconsommation qui est une demande forte des français, et de renforcer la qualité des installations avec une exigence de qualification au bénéfice des entreprises engagées dans la qualité.

Aussi, que ce soit par l’autoconsommation ou la vente d’électricité, le solaire a ainsi un énorme potentiel de développement.
Cette actualité encourageante pour l’énergie solaire est à mettre en perspective avec les propositions en matière d’énergie du Président Emmanuel Macron, qui s’est engagé sur une hausse de la part des renouvelables à 50% du mix électrique pour 2025. Une feuille de route que Nicolas Hulot, nommé ministre d’État de la transition écologique et solidaire, va devoir traduire dans les faits.